Gutenberg

Et si l’imprimerie n’avait jamais existé ?

Mais qui a eu cette idée folle d’un jour inventer l’imprimerie ? C’est bien entendu Gutenberg, de son vrai nom Johannes Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg. Mais si cela n’était jamais arrivé ? Où en serions-nous aujourd’hui ? Est-ce qu’un autre en aurait eu l’idée ou serions-nous dépourvus de cette ingéniosité ? L’imprimeur 06, CEF, revient sur la vie peu connue d’un homme reconnu.

Statut Gutenberg

https://www.flickr.com/photos/koeb/

Le commencement

C’est en 1450 que l’histoire commence. Johannes Gutenberg souhaite ouvrir une presse, il se tourne alors vers un riche banquier, Johann Fust, pour l’aider à se financer. Fust lui prêtera 800 florins, importante somme à l’époque, accompagné de frais généraux. De ce prêt, les deux hommes deviendront associés. Promettant un succès presque immédiat, Gutenberg imaginera que la Bible est un ouvrage assez important pour donner envie d’acheter et ainsi couvrir ses dépenses. Seulement, elle ne connaitra pas l’enthousiasme escompté.

Procès et ruine

Fust se lie contre Gutenberg furieux d’avoir investi plus de 2 500 florins pour un succès qui n’est pas au rendez-vous. Il lui demande alors de payer l’ensemble des intérêts et du capital qu’il lui avait prêté, seulement Gutenberg est dans l’impossibilité (ou refuse) de payer. C’est à ce moment-là qu’un procès voit le jour. La justice donnera raison à Fust, en précisant toutefois qu’il ne s’agissait en aucun cas d’un prêt mais d’un investissement vu qu’ils étaient associés. À la suite de cette inculpation, Fust obtiendra la gestion de l’atelier ainsi que de la presse. Il réussira à augmenter la popularité de l’imprimerie mais ne vivra pas assez longtemps pour en profiter.

Gutenberg, le gentilhomme

Ruiné, Gutenberg tentera tout de même de relancer sa propre activité d’impression et participera à des impressions, qui ne seront pas identifiables car ne se doutant pas de l’ampleur de son invention, ses travaux ne porteront ni date ni signature. L’archevêque de Mayence Adolphe II de Nassau nommera Gutenberg en tant que gentilhomme en Janvier 1465. De ce statut, il profitera de nombreux avantages, dont une rente.

Johannes Gutenberg mourra en 1468 sans imaginer l’importance qu’il prendra dans l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam